Faute de places d’hébergement suffisantes, les associations reprennent les maraudes pour venir en aide aux sdf.